Le soleil nous joue des tours !

Le soleil nous joue des tours !

Suite à la faible activité du soleil nous risquerions de vivre une ère glaciaire comme au 17 éme siècle ayant comme impact sur la radio que nous aurions difficile de faire des QSO au-delà de 10MHz et ce pendant 60-70 ans ! (article paru le 12 janvier 2015 mais réactualisé)

Soleil

Ce serait un nouvel « Effet de Maunder ». Mais la différence c'est qu'au 17 ème siècle la radio n’existait pas !.

En temps normal, dans un cycle solaire classique, on peut dénombrer plusieurs centaines de taches solaires à son maximum. L’impact du peu de taches solaires s’est déjà réalisé par le passé par des périodes dénommées Dalton (1800-1830) ou Maunder (1600-1750). Ce sont des périodes météorologiques « froides » sur Terre appelées petit âge glaciaire, où le climat terrestre était assez froid, du moins en Europe, en Amérique du Nord et en Chine. Le climat terrestre serait donc au moins en partie fonction de l'activité magnétique du Soleil ou pas ?

 

Pour y voir un peu plus clair, voici trois hypothèses contradictoires qui résument bien ce problème :

► Hypothèse 1 :

Un simple communiqué de la fameuse Royal Astronomical Society (RAS) a eu un certain retentissement. Les travaux d'une brillante physicienne solaire formée en Ukraine, Valentina Zharkova,  et ses collègues avaient en effet publié en 2014 un article dans lequel ils affirmaient avoir réussi à modéliser de façon remarquablement précise l'activité cyclique du Soleil.
Le communiqué de la RAS se contentait de mentionner que nous allions peut-être vers un nouveau minimum de Maunder.

On peut voir sur ce graphique en rouge l'un des scénarios du réchauffement climatique en fonction du rayonnement actuel du Soleil, en bleu ce que donne ce scénario en supposant un équivalent du minimum de Maunder et en noir les changements de température globale de la Terre depuis 1900.

Mm1 1
© Skeptical Science, CC 3.0 

Valentina Zharkova ne cache pas qu'elle fait partie des climato-sceptiques qui pensent que le réchauffement planétaire actuel n'est pas d'origine anthropique mais bien provoqué par l'activité du Soleil. Toutefois, elle se défend d'avoir voulu entrer dans le débat concernant le changement climatique. Il ne s'agissait pour elle que de la prédiction d'un nouveau minimum de Maunder.

Mais on peut aussi, comme «Ed» Feulner président des conservateurs Américain, du « think-tank » et de l'«Heritage Foundation» l'a écrit en 2011 dans un article, contester le rôle du Soleil dans le refroidissement qui a surtout frappé l'Europe et l'Amérique du Nord au 17ème siècle. Il semble pour lui que l'activité volcanique en soit en fait la véritable cause avec des injections de dioxyde de soufre dans l'atmosphère.

D'ici 15 ans, on saura si Valentina Zharkova et ses collègues ou «Ed» Feulner ont vu juste.


► Hypothèse 2 :

D'abord observez ces deux graphiques :

Sun spot

Cycles

L'activité solaire :

L'activité solaire actuelle est en baisse constante depuis des mois. Nous avons atteint un deuxième pic solaire cet hiver, ce qui démontre la fin du «maximum solaire». L'activité solaire décroissante va induire un impact météorologique qui aura comme impact une faiblesse et une déstabilisation du vortex polaire ainsi qu'une augmentation de la nébulosité selon Svensmark.

Soleil calme juillet 2014
Ici l'activité solaire sans aucune tâche en Juillet 2014

Que c'est t-il passé la dernière fois que les taches solaires ont disparus ?

D'abondantes preuves physiques récoltées par les géologues ont prouvé que la Terre s'est refroidie durant cette période de calme plat, afin d'étudier le climat du futur, il faut rechercher ce qu'il s'est déroulé par le passé.

Que pouvons nous apprendre de la disparition des taches solaires ?

Galilée fut le premier scientifique à observer les taches solaires à l'aide d'un télescope, elles avaient pratiquement disparu de la surface du soleil, de 1645 à 1700 cette période connue comme le minimum de Maunder fut une période très froide et difficile, elle démontre clairement la corrélation entre taches solaires et climat, après 1700, le nombre de taches a considérablement augmenté et le climat s'est également réchauffé.

Mm2
Nombre de taches solaires de 1630 à 1725 d'après Hoyt and Schatten (1998)

Coup de froid sur l’Europe

Une explication possible pourrait n'être que la baisse d’activité solaire affecte les températures de la stratosphère, entre 20 et 50 kilomètres au-dessus de nos têtes. Cela entraînerait une modification de la circulation de cette couche atmosphérique qui perturberait à son tour la circulation de la troposphère dans laquelle se déroulent les phénomènes météorologiques comme les jets streams.

Si cette corrélation se confirmait, les Européens peuvent s’attendre à retrouver plus souvent des hivers rigoureux ainsi que les neiges d’antan. Selon certains scientifiques, le taux bas d’isotopes cosmogéniques (isotopes rares formés par les rayons cosmiques) suggère qu’il y a 8% de chance que les conditions d’un minimum de Maunder soient rassemblées d’ici 50 ans.

«L’an dernier déjà la NASA mettait en garde sur le fait « que quelque chose d'inattendu se passerait sur le Soleil»

 

Ce serait aussi la cause du SSW, ce réchauffement soudain de la stratosphère qui est bien la cause fondamentale de la déstabilisation du vortex polaire. Par exemple, en janvier, février et mars 2013, des vents se sont retrouvés régulièrement orientés au nord ou au nord-est, amenant de l'air froid et de la neige qui donneront un hiver 2012-2013 costaud, anormalement froid et interminable.
Á l'inverse, lors de l'hiver 2013-2014, le vortex polaire a également subi un SSW, le délocalisant vers l'Amérique du Nord qui a subi une impressionnante vague de froid tandis que l'Europe baignait dans la douceur et l'humidité.

Du côté de la Russie, on se préoccupe aussi du climat :

Dans une étude récente concernant les cycles solaires, des scientifiques Russes prédisent désormais cent ans de refroidissement climatique dus à l’activité solaire et ses conséquences sur d’autres phénomènes naturels.
Cette prévision provient de l’astrophysicien Dr. Habibullo Ismailovich Abdussamatov, directeur du laboratoire de recherche spatiale à l’observatoire Pulkovo de l’Académie russe des sciences. En compagnie de scientifiques, ils ont commencés par étudier un document publié par le juge Eddy de1976 qui démontrait la corrélation entre l’activité solaire et les grands changements climatique sur terre qui ont perturbés le train de vie des différentes civilisations au cours du temps, ainsi que les crises économiques et démographiques. En menant des recherches similaires le scientifique Russe Eugène Borisenkov a découvert un cycle d’environ 200 ans de refroidissement climatique durant les 7500 dernières années.

L’augmentation de la concentration des gaz à effet de serre n’est pas la cause du réchauffement climatique, mais au contraire, le résultat de l’élévation de la température provoquée par l’augmentation prolongée de l’irradiance solaire.
Ils arrivent à la conclusion que l’augmentation observée de la concentration de C0² dans l’atmosphère est principalement le résultat de l’augmentation naturelle de la température de la terre et de l’océan. Par conséquent, les déclarations populaires du GIEC imputant l’activité industrielle de l’homme jouant un rôle majeur dans le réchauffement climatique ne sont juste qu'un mélange de causes et de conséquences.

Infos sur ces constatations : http://iceagenow.info/ et http://www.gao.spb.ru/

Je me permets au sujet du climat de signaler une réflexion contradictoire parue dans la terre du futur

«La science doit se soumettre à la politique de diktat pour des raisons économiques.
Quant à mon opinion personnelle, le réchauffement climatique du 20ème siècle a existé, mais il a été largement surestimé, parfois de mauvaise foi et en tout cas, il y a eu un réchauffement très naturel généré par la forte activité solaire, qui n’a jamais été si intense que depuis les 400 dernières années.
Mais maintenant les choses sont en train de changer très rapidement.
Le Professeur Hathaway, n°1 de la physique solaire américain, après avoir prédit un cycle solaire explosif en 2006, a été obligé de se reprendre subitement et admettre que nous sommes en présence de cycles  solaires faibles de 200 ans.
Très ironiquement : même s’il s’agit d’un cycle faible, il n'y aura pas d’impact sur le climat mondial ! C’est comme si vous disiez que le four est allumé ou éteint, cela ne changerait rien : la nourriture serait réchauffée de toute façon ! »

► Hypothèse 3 :

Le point de vue de la NASA

La plupart des scientifiques du climat conviennent que la principale cause de la tendance actuelle au réchauffement planétaire est l'expansion humaine de l'effet de serre : le réchauffement qui résulte lorsque l'atmosphère piège la chaleur qui rayonne de la Terre vers l'espace.

Comment savons-nous que les changements au soleil ne sont pas à l'origine des tendances actuelles du réchauffement climatique ?

Mm4Depuis 1978, une série d'instruments satellitaires ont mesuré directement la production d'énergie du soleil.. Les données satellitaires montrent une légère baisse de l'éclairement solaire (qui mesure la quantité d'énergie que le soleil déclenche) au cours de cette période. Donc, le soleil ne semble pas être responsable de la tendance au réchauffement observée au cours des dernières décennies.

Les estimations à plus long terme de l'irradiation solaire ont été réalisées à l'aide d'enregistrements de taches solaires et d'autres indicateurs dits «indirects», tels que la quantité de carbone dans les anneaux d'arbres. Les analyses les plus récentes de ces procurations indiquent que les changements d'irradiation solaire ne peuvent vraisemblablement représenter plus de 10 pour cent du réchauffement du 20ème siècle.

Dans son cinquième rapport d'évaluation, le Groupe d'Experts intergouvernemental sur les changements climatiques, un groupe de 1 300 experts scientifiques indépendants des pays du monde entier sous les auspices des Nations Unies, a conclu qu'il existe plus de 95% de probabilité que les activités humaines au cours des 50 dernières années ont réchauffés notre planète.


Les activités industrielles dont dépend notre civilisation moderne ont augmentés les niveaux atmosphériques de dioxyde de carbone de 280 parties par million à 400 parties par million au cours des 150 dernières années. Les experts ont également conclu qu'il y avait une probabilité supérieure à 95% que les gaz à effet de serre produits par l'homme tel que le dioxyde de carbone, le méthane et l'oxyde nitreux ont causé une grande partie de l'augmentation observée des températures de la Terre au cours des 50 dernières années.

Le résumé complet du rapport Policymakers est en ligne à l'adresse http://ipcc.ch/pdf/assessment-report/ar5/syr/AR5_SYR_FINAL_SPM.pdf .

Sources :

https://climate.nasa.gov/causes/

Références :

  1. Mike Lockwood, “Solar Change and Climate: an update in the light of the current exceptional solar minimum,” Proceedings of the Royal Society A, 2 December 2009, doi 10.1098/rspa.2009.0519;

    Judith Lean, “Cycles and trends in solar irradiance and climate,” Wiley Interdisciplinary Reviews: Climate Change, vol. 1, January/February 2010, 111-122.

 

Cet article a été rédigé par Albert Müller - ON5AM

 

Cet article est la propriété du site ON5VL ©

champ magnétique 2030 soleil effet de Maunder age glaciaire informations

4 votes. Moyenne 5.00 sur 5.