Souvenez-vous du Pic-vert russe, Duga-3

Souvenez-vous du Pic-vert russe, Duga-3

Le Pic de Kiev était un radar OTH d'une grande puissance qui a fonctionné en Europe au cours de la période allant de 1976 à 1986.
Il restera comme un phénomène unique qui a généré plus de rapports d'interférence et de spéculations que toute autre émission de radio.

 

Les premières expériences du radar Over-The-Horizon-Radar ou OTH (voir explications plus loin), de l'Union soviétique datent de la fin des années 1950.
Au début des années 1970, les premiers radars Duga sont apparus (Duga en russe se traduit par Arc).
Les autres Duga-1 et Duga-2 ont été construits près de Nikolaeyev en Ukraine. Tous deux étaient des prototypes.

Le Duga-2 était un ensemble opérationnel énorme qui comprenait plus de 300 émetteurs, avec :

  • une antenne d'émission de 210 mètres de large et 85 mètres de haut
  • et une antenne de réception de 300 mètres de large et 135 mètres de haut

La construction de la station "Tchernobyl-2" a commencé en 1970. Les témoins oculaires se souviennent de la grue unique qui a servi à l'installation des antennes. Des éléments d'un treillis d'antenne ont été réalisés à l'usine "Gomselmash" en Biélorussie, à partir d'un haut alliage d'aciers et recouverts par une épaisse couche de zinc qui encore aujourd'hui, plus de quarante ans plus tard, semble comme neuf.

La décision de créer la "station de radar à l'horizon" Duga-1 près de Tchernobyl a été prise en vertu d'ordonnances gouvernementales datées du 18 janvier 1972 et du 14 avril 1975.

Un nouveau système a été construit il est devenu opérationnel en 1976, ce fut le Duga-3. Contrairement aux deux premiers systèmes, le Duga-3 utilisait un émetteur et un site de réception séparé par environ 60 km. L'émetteur est situé juste au SO de Tchernobyl tandis que le récepteur est situé à l'ouest de Tchernihiv.
Le concepteur général de la station radar était l'Institut de recherche pour la radiocommunication longue distance (NIIDAR). Chef concepteur et l'inspirateur des idées pour Duga-1 a été Franz Kuzminsky.
Les premiers essais du radar par la Commission d’État se sont réalisés en 1979. Voici ce qui s'est dit :

Quotation marks 34... lors des préparatifs pour les essais, il a fallu résoudre quelques problèmes pratiques causés par des circonstances de quelque chose d'absolument nouveau et unique, n'ayant pas d'analogies dans le monde ... Quotation marks 32

À l'occasion de l'entrée en service du radar «Duga» (station dite militaire de Tchernobyl-2), les promoteurs du complexe ont reçu des prix d'État, il s'agissait de VN Vasenev, BM Danilov, NF Dubrovsky, Y. Krokunov, etc.

Le radar DUGA-1 couvrent le territoire de Tchernobyl-2 et Nikolaev et Duga-2 le territoire de Komsomolsk-na-Amure.

Avec le début des opérations dans ces complexes, des problèmes supplémentaires se sont produits. Il s'avère qu'une partie de la gamme de fréquence de travail des systèmes radar a coïncidé avec les systèmes de l'aviation civile et les flottes de pêche des pays européens. L'URSS a reçu un appel officiel de la part des pays occidentaux selon lequel l'établissement de ce système affectait de manière significative la sécurité de l'aviation et de la navigation maritime.

Les renseignements militaires de l'OTAN qui ont découvert et photographiés le système, ils lui donnent le nom de code : OTAN-Steel Yard.

Duga3 area

Non loin de là le "Cercle" qui est un système auxiliaire pour OTH-Radar. Il ressemble à deux cercles de 300 mètres de diamètre chacun, qui se compose de 240 antennes (120 dans chaque cercle). Dans le centre du cercle, il y a un bâtiment à un étage avec un équipement de réception, sur le toit du bâtiment, il y a aussi une antenne centrale. Ce système de réception unique, n'a certainement jamais été utilisé à cette fin, mais d'autre part, il aurait été utilisé dans différentes expériences de radar passif.

Duga14
Emplacement du "cercle" -  photo Google

Duga13
Photo crédit : Kranz.com.UA

Ce Pic-vert Russe s'est finalement terminé le 26 Avril 1986 à 01:23:40, lorsque le Réacteur n°4 (U4) de la centrale nucléaire de Tchernobyl a été hors de contrôle et a explosé, provoquant l'une des pires catastrophes écologiques jamais vue de l'histoire.
Fait intéressant, les documents liés aux catastrophes omettent complètement de mentionner les opérations particulières du radar OTH qui ont été pratiqués dans le voisinage du réacteur

C'est seulement à cause de l'effondrement de l'Union soviétique et de l'accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl que l'on a su l'existence d'une petite ville composée d'une garnison militaire dans les bois de Polissia. Elle était engagée ... dans l'espionnage spatial.
Avec ses énormes dimensions de ses antennes, Duga-3 exigeait une importante ressource humaine - environ 1 000 personnes travaillaient en état d'alerte militaire sur le site. Pour les militaires et leurs familles, une petite ville avec une seule rue a été construite, appelée Kurchatov.

Visite guidee

Des informations du C-2 Tchernobyl-2, commandant de la station en 2001 :

M. Vladimir Musiyets, l'ancien commandant supervisant la catastrophe de Tchernobyl 2 (C-2) Station OTH, déclara lors d'un entretien dans plusieurs magazines (Fakti, Kurier Trud) que durant son travail qui a commencé à l'automne 1976 et s'est terminé en 1988 : « La station OTH avait été connectée au réseau radar EW, à peine quelques mois avant la catastrophe. et ...»

Quotationinv marks 32L'objectif était de suivre les lancements de missiles balistiques intercontinentaux américains Quotation marks 32

La centrale nucléaire de Tchernobyl après la catastrophe :

Le matin de la catastrophe de la centrale nucléaire à 11 heures, Musiyets expert chimiste et le Major Olga Shevchenko, avaient reçu l'ordre d'aller à la station OTHR à 9,7 km du réacteur.
Ils ont rapportés que la cause de l'accident était que les systèmes de circulation d'air avaient été bloqués, les ordinateurs et les autres appareils électroniques avaient étés détruits.
Cela eu comme conséquence l'arrêt du C-2 "Tchernobyl-2". La majorité des experts estiment que l'ensemble du projet Pivert soviétique était déjà à l'arrêt avant la catastrophe. Presque personne ne croit que tout rayonnement ou toute tension ou pointes de courant du réacteur nucléaire cassé, auraient détruit les appareils soviétiques de l'époque. Lorsque l'URSS et la direction militaire ont compris l'ampleur de la catastrophe écologique, il a été décidé (en 1987) d'exporter les précieux équipements et systèmes vers la ville de Komsomolsk.

L'antenne Duga-1 :

Duga7Cette antenne dipolaire à rideau, ou tout simplement un "rideau", est l'antenne HF directionnelle la plus couramment utilisée dans la radiodiffusion. Ce sont des dipôles large bande qui sont placés les uns sur les autres.
Le principal type est un HRS (ou SGD en russe) 4/4/1 composé de 4 rangées horizontales et 4 rangées verticales de dipôles.

Le réflecteur est un écran passif apériodique en fils. Le fil utilisé est du Alumoweld (un noyau d'acier, revêtu d'aluminium), peut-être un peu plus mince que les fils utilisés ailleurs.
Dans les lignes de transmission le choix était entre une ligne d'alimentation ouverte en fil (sauf pour le 963 kHz) ou alors un câble coaxial de 250 mm de diamètre.

Cela présente le plus grand rideau du monde Radioamateur (à l'époque). C'est un total de 72 dipôles d'un gain maximum de 30.6dBi et une largeur de faisceau horizontal de 7 degrés.
En théorie, une antenne est considérée comme «large bande» si le rapport de sa fréquence de fonctionnement inférieur et supérieur, est supérieur à 1,5 : 1.
La construction d'une antenne rideau moderne avec un taux de fréquence de 2 : 1 est construite de sorte qu'il n'y a pas de formation d'étincelle dans ses innombrables attaches quand d'énormes puissances d'émission sont utilisés. C'est tout à fait une forme d'art.

La plus grande antenne HF directionnelle dans le monde :

Duga6   Licence photo : http://www.wolffchronicles.com

 

Duga9   Licence photo : https://creativecommons.org/

 

  • La première antenne du radar "Tchernobyl-2" HF OTH fait 150 m de haut et 500 m de longueur. La hauteur de la deuxième antenne est de 90 m.
    La construction qui tient toujours debout est un chef-d'œuvre du génie mécanique. Selon une estimation, qui semble fiable, le poids total serait de 14 000 tonnes.
    Ce qui ressemble à un mur à distance est en fait de près un maillage d'acier. Son coût total à l'époque étais de l'ordre de 600 millions de roubles.
  • HRS 4/4/1 l'Antenne Dipole Rideau, est l'une des antennes les plus courantes en HF directionnels en matière de radiodiffusion.
    De nombreux rideaux de dipôles sont également utilisés dans le site HF-Pori Preiviiki. En comparaison, la HRS 4/4 est 4,5 fois plus petit que le HRS 12/6.

Voa delano

 

HRS 06.12 / 0,5  «La plus grande au monde", est une antenne directionnelle de radiodiffusion à ondes décamétriques. Elle a été utilisée sur le site VOA Delano, en Californie et construite par TCI en 1987.  L'anternne de VOA Delano est construite avec 28 haubans dont les positions ont été calculés avec le logitiel NEC.

Aucun isolants n'a été utilisé pour les fils pour des raisons mécaniques. Les éléments  des dipôles sont constitués de 6 fils. Un rideau de dipôles est constitué d'éléments plus petits qui peuvent être utilisés dans des combinaisons plus ou moins directives.

 

 

Nuisances et problèmes :

Duga10

 

La frustration avec ce Pic-vert russe était profonde, il interférait régulièrement non seulement avec les communications commerciales et amateurs, mais également avec les stations de radiodiffusion internationales.
Dans un accès de techno-patriotisme, certains chercheurs radioamateurs ont alors essayés de nettoyer les ondes du Pic-vert Russe par l'envoi d'un signal de brouillage. Leur effort collectif a été surnommé le "Russian Woodpecker Hunting Club".

Crédit photo : СмdяСояd  - centre de commandement via http://photopin.com"

 

 

 

 

 

 

Il a même donné naissance à de nombreuses légendes, par exemple que cela pouvait affecter la psyché de personnes à une distance de plusieurs milliers de kilomètres !

Duga11   184861_original.jpg radar dimityri Birin 2014

Au départ, l'unité émettrice du radar, souvent appelé le «Tchernobyl-2", Duga-3, Woodpecker, Pic-Vert, a travaillé sur des fréquences comprises entre 3,26 et 17,54 MHz.
Initialement, le Duga-3 brouillait les fréquences réservées aux communications des avions, de sorte qu'il a dû modifier ses fréquences.

Chernobyl-2 :

Il a fait partie des Forces de défense antimissile et de l'espace (PRO) et a été créé dans le seul but de fournir une alerte précoce à des attaques de missiles nucléaires contre l'Union soviétique, dans les deux à trois minutes du lancement du missile (le temps de vol des missiles entre les États-Unis et l'URSS est de 25 à 30 minutes).

Il y avait 3 stations de radiolocalisation "over-the-horizon" (OTH) sur le territoire de l'URSS, elles se nommaient : OHRLS "Duga-3", "OHRLS "Duga-2" et OHRLS "Duga-1".

L'émetteur de radio à ondes courtes du Radar "Duga-3 OTH" diffusait des impulsions radar puissantes qui se propageaient à travers l'Europe du Nord, le Groenland et l'Amérique du Nord à des milliers de kilomètres
et le récepteur Duga-3, sans doute la plus grande antenne radar dans le monde et situé à 60 km du récepteur, récupérait et analysait avec des ordinateurs puissants les informations.
Ce radar détectait la création d'effets atmosphériques des échappements en panache d'un lancement massif de missiles.

Duga2
Centre d'identification de la salle de contrôle http://www.wolffchronicles.com/

 

Duga4
Centre contrôle. Auteur : ROBERT http://www.spontis.de/author/robert-forst/

En 1988, la Federal Communications Commission (FCC, agence américaine chargée de la régulation des télécommunications) dirigea une étude sur le signal du pic-vert. L'analyse des résultats montra une période entre deux impulsions de 90 ms, un spectre de fréquence allant de 7 à 19 MHz, une bande passante de 0,02 à 0,8 MHz et un temps habituel de transmission de 7 minutes.

  • Le signal présentait trois taux de répétition : 10 Hz, 16 Hz et 20 Hz.
  • Le taux le plus fréquent était 10 Hz, les taux de 16 Hz et 20 Hz restant assez rares.
  • La bande passante la plus courante était de 40 kHz.

Duga16

Bien que les raisons de l'arrêt du Duga-3 n'aient jamais été rendues publiques, la modification de l'équilibre stratégique après la fin de la guerre froide au sortir des années 1980 a probablement joué son rôle dans cette décision.

Le succès des satellites de veille lointaine US-KS, entrés en service au début des années 1980 a été un autre facteur de déclin du Duga-3, d'autant qu'à partir de ce moment plusieurs de ces satellites formaient un important réseau.
Les satellites fournissent des informations instantanées, directes et extrêmement fiables alors que les radars peuvent être brouillés et que leur efficacité trans-horizon est liée aux conditions atmosphériques.

Photo Kranz www.iplaces.com

 

 

 

 

TCHERNOBYL

► Le réacteur en question était un RBMK 1000 (réacteur de grande puissance à tubes de force) mis en exploitation industrielle en décembre 1983. Dès cette époque les chercheurs de l'Institut Kourtchatov (principal centre de recherche et de développement de l'industrie nucléaire pour l'Union soviétique) faisaient remarquer que les lancements physiques des RBMK 1000 de seconde génération et des RBMK 1500 avaient été assortis de manifestations de réactivité anormale lors de la descente des barres de contrôle dans le cœur du réacteur.
► Le 25 avril 1986, dans la centrale de Tchernobyl il était prévu d'effectuer des tests de l'un des systèmes de sécurité du réacteur n 4 et de mettre ensuite le réacteur à l'arrêt en vue de procéder aux travaux d'entretien ordinaires. Au cours des tests, le courant électrique devait être coupé dans la centrale, et les systèmes de sécurité du réacteur devaient être alimentés par l'énergie mécanique de rotation générée par l'inertie des turbo-alternateurs.
Il est à noter que le programme des essais dans le réacteur n°4 de la centrale de Tchernobyl n'avait pas été concerté avec le directeur scientifique et le concepteur du réacteur. Par ailleurs, en réalisant l'expérience, le personnel de la centrale, supervisé par l'adjoint ingénieur en chef Anatoly Dyatlov ont enfreint toute une série de règles de sûreté en poussant encore plus le réacteur. En conséquence direct, Dyatlov a reçu 10 ans de prison, et Georges Kopchinsky le premier de Comité central du Parti communiste, a du démissionné.
► En automne 1993, le réacteur n°2 de la centrale a été arrêté suite à un incendie. Dans la nuit du 29 au 30 novembre 1996, le réacteur n°1 de la centrale a été également mis hors exploitation conformément au Mémorandum signé en 1995 entre l'Ukraine et les Etats du G7.
► Le 6 décembre 2000, en raison du dysfonctionnement du système de sûreté, le 3ème et dernier réacteur a été arrêté. En mars 2000, le gouvernement ukrainien a décrété la fermeture de la centrale nucléaire de Tchernobyl qui a cessé de fonctionner le 15 décembre 2000, à 13h17.
     En connaître plus: https://fr.sputniknews.com/international/20120426194463253/

► A l'heure actuelle en 2016, il est prévu de terminer la construction de l'arc, qui couvrira le sarcophage de la 4e unité de la centrale nucléaire de Tchernobyl. Les constructeurs prévoient non seulement finir la construction de ce colosse en acier, mais le glisser sur le sarcophage. Le coût total du projet de plan de mise en œuvre de l'habitat est estimé à 2,15 milliards d'euros, soit plus de 63 milliards d'hryvnias.

Duga15
Le schéma du mouvement de l'Arche sur le sarcophage existant de la 4ème unité de ChNPP

Duga1
Monument aux mort à Tchernobyl et dans le fond le réacteur n°4  http://www.wolffchronicles.com

Pour ce qui est du site du premier Duga-1 qui se trouve dans la zone de sécurité (Zone d'exclusion de Tchernobyl) de 30 km autour de la centrale nucléaire, il semble bien avoir été définitivement désactivé car aucun ordre de maintenance ne figure dans les négociations entre la Russie et l'Ukraine concernant les radars de veille lointaine.

En revanche, l'antenne est toujours en place, elle a été largement photographiée et a été utilisée par des radioamateurs comme pylône de transmission pour y installer leurs propres antennes mais le problème est de savoir comment la démanteler ?
L'option la moins chère est simplement de la "laissé tomber" à l'aide d'explosions contrôlées. C'est ce qui est arrivé à une antenne semblable, plus petite, près de la ville de Mykolaiv, ainsi qu'un antenne près de Lubech, qui ont été démantelés dans les années 90.
Mais dans la zone de Tchernobyl, à 10 km du réacteur n°4, des travaux explosifs sont impossibles à réaliser. L'abattage d'un tel objet à fort tonnage causera un tremblement de terre mineur et générera un nuage de poussière radioactif appréciable. En raison de ce danger, l'option d'abattage n'est pas possible. L'alternative est un démontage pièce par pièce à l'aide de grues spécialement conçues.
L'inconvénient est simplement que cette option est coûteuse, nécessitant beaucoup d'équipements et de travailleurs qualifiés. Pour l'instant, l'organisation qui a la juridiction sur l'objet n'a pas commencé non plus. Actuellement, l'antenne se dresse simplement et rouille silencieusement à l'exception de son grincement au vent.

D'étranges anomalies :

Duga5

 

C'est donc depuis le samedi 26 Avril 1986 que les problèmes inexplicables à la centrale de Tchernobyl (étonnamment similaires à Fukushima sans le tsunami) ont débutés.

Selon la version officielle, la catastrophe a commencé lors d’un test de systèmes, au réacteur numéro quatre de la centrale de Tchernobyl, qui est près de la ville de Prypiat et dans une proximité avec la frontière administrative de la rivière du Bélarus et du Dniepr.
Il y a eu une montée subite du débit de sortie, et quand un arrêt d’urgence a été tenté, un pic plus extrême dans la puissance de sortie s’est produit, ce qui a conduit à une rupture de la cuve du réacteur et à une série d’explosions.

 

Crédit photo : auteur Alexander Sirota - 16987361442_f4205754fb_b.jpg

 

 

 

Thumbs down3 128Ce qui est curieux tout de même c'est que V. Baranov, ancien chef d’état-major adjoint des Forces de la zone spéciale dans la région de la centrale de Tchernobyl, colonel à la retraite dit ceci :

« Le Département de l’énergie nucléaire, l’Académie des sciences avec ses instituts de recherche et de conception, n’étaient pas prêts pour un tel désastre inattendu. L’holocauste nucléaire de Tchernobyl n’était pas un accident. Les réacteurs nucléaires ont un niveau élevé de fiabilité prouvé par un certain nombre de tests. Les pompes à eau des systèmes de refroidissement primaires et de remplacement n’ont pas pu être simultanément désactivées. L’image du réacteur explosé a été prise trop opportunément par le satellite américain qui a été « accidentellement » sur la bonne orbite au-dessus du 4ème bloc à ce moment même.
...
Les adversaires de l’URSS ont fait une utilisation efficace de la négligence et de l’incompétence du gouvernement dirigé par Gorbatchev ainsi que le manque de contrôle suffisant des zones réglementées. »

Visites guidées :

Duga3 1

 

Il est maintenant possible de visiter la zone morte de Prypiat alors peuplées en 1986 de 50 000 habitant. Il est nécessaire d'obtenir un permis, mais il n'y a aucun problème pour entrer dans la zone. Le niveau de rayonnement est comparé à des valeurs normales élevées, mais sans danger immédiat.

Vous avez juste l'interdiction de ne pas emporter avec vous des souvenirs et ne pas rester trop longtemps dans la zone.
Ce qui reste maintenant, ce n'est plus que l'attention des fans de la guerre froide, ou d'admirateurs de la méga-ingénierie de la radio soviétique. Après tout, où trouveriez-vous juste une antenne haute 150m sur près d'un 1 km ?

Source photo : Tchernobyl-2016-4-Stadtübersicht-1.jpg  ROBERT

 

 

 

Si un voyage à Tchernobyl vous tente voici le nom de deux agences : Duga12    et   Duga13

Explications OTH :

                                            (radar trans-horizon)

C'est en 1946 que N.I. Kabanov, scientifique et ingénieur russe, propose l'idée d'un radar trans-horizon.
Les ondes radio qui sont une forme de rayonnement électromagnétique se propagent le plus souvent en ligne droite. Cette caractéristique limite leur portée, et donc leur efficacité, à l'horizon-radar dû à la courbure de la Terre.
La méthode la plus couramment utilisée avec un radar trans-horizon pour « voir » au-delà de l'horizon consiste à se servir de la réflexion atmosphérique. Seules quelques bandes de fréquence situées dans la plage de fréquences de 3 à 30 MHz peuvent être utilisées. Le signal radio, est renvoyé vers le sol par les couches de l'atmosphère lorsque les conditions atmosphériques favorables sont réunies.
La fréquence que l'on doit choisir dépend donc des conditions atmosphériques et les systèmes utilisant ce type de propagation doivent suivre en temps réel l'évolution du signal sur les différentes fréquences pour toujours adopter celle qui fonctionne le mieux. C'est ce que connaît tout radioamateur.

Plusieurs pays l'utilisent toujours l'USAF, l'US Navy, l'Australie, la France, la Chine et la Russie. Il existe sur le site ON5VL deux autres articles qui en font l'écho : Ces radars qui nous protègent et Un nouveaux radar en Extrême-Orient russe à l'horizon de 2017

Références : Wikipedia-OTH - Wikipédia-Pic-vert russe - http://chornobyl.in.ua/ et diverses autres sources.

Photos :

The Russian Woodpecker Photos de Peter Heuts

Et pour le diaporama ci dessous, voici les photos de Krans et URBAN-X

 

PHOTOS

Vidéos

Dans ces vidéos, nous allons pouvoir jeter un coup d'œil dans la salle de contrôle et sur l'ordinateur central de DUGA-3.

 

20 minutes en HD pour grimper le Woodpecker Russe.

 

 

Cet article a été rédigé par Albert Müller - ON5AM

 

Cet article est la propriété du site ON5VL ©

Duga radar russe informations antenne

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.